• martine miquel

Le soin énergétique, acupuncture sans aiguilles





L'acupuncture


L'acupuncture, datant de cinq mille ans, fait partie des grandes disciplines de l’énergétique chinoise, avec la diététique chinoise, le Qi Gong, les massages, l'utilisation de plantes médicinales de la pharmacopée chinoise.

C'est une pratique qui fait partie des « médecines énergétiques » considérant qu'agir sur l’énergie du corps a des répercussions sur ce corps.



Elle consiste en la stimulation de points énergétiques (les points d'acupuncture), situés sur les méridiens, qui sont, pour les principaux, au nombre de 12. Ceux-ci sont reliés à des organes particuliers (rein, estomac...).

Ils constituent les canaux faisant circuler l'énergie vitale (le Qi) et traversent l'ensemble du corps humain en formant un réseau énergétique.


L'acupuncture a pour objectif de rééquilibrer la circulation de cette énergie vitale en suivant les méridiens qui se superposent aux autres systèmes (nerveux, musculaires, sanguins ou lymphatiques).

Ces derniers sont reliés aux différents organes internes et, ainsi, les différents maux du corps seraient le signe de cette énergie en excès, en stagnation,en insuffisance ou mal orientée.


L'acupuncture se pratiqe grâce à des aiguilles fines à usage unique placées sur les points d'acupuncture adéquats. La profondeur, l'angle et la rotation de l'aiguille sous la peau n'auront pas les mêmes effets sur un même point d'acupuncture.

Le travail sur le flux d'énergie vitale se fait en le débloquant ou en modifiant sa trajectoire pour harmoniser sa circulation dans le corps et dépend donc de la dextérité de l'acupuncteur.

L'insertion de l'aiguille est en général sans douleur, mais certaines personnes peuvent y être sensibles.


En France un acupuncteur est un médecin ayant suivi une spécialisation en acupuncture à l'université (un an) ou un praticien en médecine traditionnelle chinoise.

La science n'a pas encore pu formellement prouver les effets physiologiques de l'acupuncture, son efficacité est encore plus empirique que statistiquement prouvée.


En remplacement de l'acupuncture, il existe l'acupression (ou digitopuncture).

C'est une technique traditionnelle de massage qui permet de stimuler les mêmes points énergétiques que l'acupuncture, mais sans aiguilles. Le pratricien peut apprendre à maîtriser quelques points pour aider à l'autonomie de la personne.




Le soin énergétique, acupuncture sans aiguilles


Si l'on s'en réfère à la « médecine énergétique » correspondant à l'acupuncture sans aiguilles et qui viendrait de l'Inde, nous sommes aussi dans les cinq mille ans, voire plus, de tradition transmise.

La circulation de l'énergie dans le corps se fait dans les nadis, équivalents des méridiens et centralisée dans des chakras équivalents des points d'acupuncture.



Les nadis où circule l'énergie forme le réseau énergétique alimentant l'ensemble du corps. On décrit 14 nadis principaux, mais contrairement à la médecine énergétique chinoise très savante, ce réseau énergétique n'a pas besoin d'être connu précisément pour pratiquer les soins énergétiques, plus basés sur les chakras.

Les chakras sont des "centres énergétiques" alimentant tout un territoire en énergie pour le bon fonctionnement des organes y correspondant.


De même que l'acupuncture, le soin énergétique consiste à rétablir la circulation de l'énergie dans le corps. Celle-ci peut être en excès à un niveau, en déficience à un autre, mal orientée dans le corps.

Parce que l'énergie peut être considérée comme physique, psychique ou nerveuse, son rééquilibrage agira sur les différents plans physique, émotionnel et mental de la personne.

Contrairement à l'acupuncture, le soin énergétique se pratique à mains nues. Il se peut que le corps physique soit touché, mais jamais avec une pression comme dans l'acupression, la main est juste à la surface du corps, c'est un échange énérgétique qui se met en place entre l'énergie de celui qui fait le soin et du patient.

Parfois, le corps n'est pas touché, quand la personne en est, dans son évolution à un niveau plus subtil de blocage, souvent mental mais parfois aussi d'une conscience éveillée de manière « désordonnée ».

Le soin énergétique dépend donc aussi de la « dextérité » du pratricien, ce qui sera dans le cas de sa capacité de « toucher subtil » que l'on peut nommer empathie.


Comme pour l'acupuncture, rétablir la circulation énergétique permettra à la personne de se sentir mieux sur le plan physique, psychique ou mental et ceci de manière plus ou moins prolongée.

La science ne reconnaît pas ces pratiques de « médecines alternatives » dont la reconnaissance est également basée sur l'expérience et les témoignages personnels.

Les praticiens de soins énergétiques ne répondent à aucune réglementation et portent des noms variables, ils ont suivi des formations tout aussi variables.


Mais, comme pour l'acupuncture, le manque de mots mis sur les maux, de compréhension de l'origine profonde du problème fera que celui-ci pourra revenir sous la même forme ou une autre.


Ainsi le soin énergétique permet par rapport à l'acupuncture un soin plus subtil, une approche encore plus douce donnant la même qualité de retour à la santé, mais peut encore rester insuffisant pour que la personne se prenne en charge toute seule.

Il ne s'agit plus de savoir faire soi-même les quelques pressions salutaires et temporaires, il s'agit de savoir ce qu'il faut réellement, profondément changer dans sa vie pour que le mal disparaisse et que le réel et définitif Bien Etre se mette en place. Et pour cela, il s'agit que la parole accompagne le soin.





Cette parole permettra une meilleure connaissance de soi.

Sans plus avoir besoin du praticien ni de pratique, le soin énergétique accompagné d'une parole permettant la prise de conscience sera la clef de ce Bien Etre quotidien retrouvé.

Ainsi plus un praticien est lui-même éveillé (réellement s'entend pas ces pseudo-éveils que l'on entend trop dans un monde qui se dit spirituel), plus la qualité de son toucher et de sa parole sera élevée, propre à remettre la circulation de l'énergie dans le corps comme la personne sur la bonne route, la bonne voie, celle vers son Etre.

Car libérée, l'énergie saura être réinvestie différemment, consciemment.


Alors acupuncture ou soin énergétique avec parole ?


A chacun de choisir selon sa volonté de se remettre en question, d'aller voir en soi ou non, de se faire aider chaque fois ou vouloir pouvoir faire seul et retrouver sa propre aide intérieure, cette conscience retrouvée.

Ce dernier choix demande plus d'effort, de soumission à une volonté autre au départ mais qui, si le travail est bien fait, n'est rien d'autre que celle de son Etre qui était à retrouver.

Répondre à ces questions permettra de savoir vers quelle pratique se diriger, en son âme et conscience cette fois, de ce que chaque pratique peut apporter.


A noter que lorsque l'on a testé l'acupuncture et qu'elle n'a pas aidé, que l'on a aussi tenté quelques pratiques équivalentes sans parole et que cela n'a rien donné non plus, si ce n'est quelques temps de répit, c'est alors qu'il est temps d'aller voir en soi et de passer à ces soins accompagnés d'une parole éclairante.

C'est le corps et son énergie qui disent alors qu'il est temps de passer à l'éveil, le vrai, celui de cette conscience de soi à retrouver.

3 vues