• martine miquel

Dépression, et si on s'exprimait de nouveau?



Le jour où j'ai lu des quelques mots "la dépression c'est l'inverse de l'expression", j'ai vu immédiatement dans le système des chakras le troisième centre, celui du plexus solaire, associé à l'expression de la personnalité.

Déprimé parce que ne peut plus rien exprimer, telle est la vérité de la personne en dépression.

Reste à comprendre pourquoi.

On peut faire l'autruche, prendre des comprimés miracles, mais que s'est-il passé et depuis combien de temps cette dépression se préparait-elle ?

Ne pas se poser la question, c'est passer à côté du sens réel de la dépression et de sa guérison totale et définitive.


La dépression, donc, comment ça marche ?


Au départ on y va, on y croit, et on lance toute son énergie, ça va marcher !

L'entreprise, l'histoire d'amour, la nouvelle activité... peu importe, on y va de toutes ses forces.

Mais voilà, ça rate.

Alors on pleure (ou pas) un bon coup.. et on repart. Sans s'arrêter, bien sûr, on n'a pas le temps, on n' y pense même pas. L'énergie est encore là, on y retourne !

Mais une deuxième fois échec, fiasco, rateau ...

Bon, même pas mal, on a encore de la réserve, on y retourne encore.

Et encore et encore, mais combien de fois au juste ? Combien de temps va-t-on tenir?

Cela dépend des personnes, dépend de l'énergie qui reste, de la faculté à récupérer. Le temps donc de se préparer une dépression.

Qui arrive quand, ça y est, on n'a plus d'énergie. Pour rien si ce n'est pour survivre. Pour rien si ce n'est pour être encore sur terre, signe que, quand même quelque part, il y a un espoir.


A noter que cette forme de survie peut s'exprimer dans le "métro, boulot, dodo", survie moderne où le peu d'énergie qui reste est utilisée pour travailler, se nourrir et dormir. L'argent expression de l'énergie vitale (énergie indispensable pour vivre sur terre, et donc dans son corps) ne sert plus qu'à cela, l'entretien à minima de la vie physique.

J'ai vu un certain nombre de ces déprimés qui ignoraient leur état parce qu'encore dans la "vie active", mais quelle vie au juste ?

Bien, dépression donc, toute l'énergie a été brûlée, cela est la première cause. Je ne peux plus rien exprimer parce que je n'ai plus l'énergie pour le faire.


Mais la deuxième raison est que, profondément, sans même le savoir, je n'ai plus envie.

Stop, on joue plus !

Parce que s'il y a encore de la volonté, on s'arrête un peu, on se recharge et on repart (même en état de zombie moderne).

Mais quand il n'y a même plus de volonté, même si l'énergie est revenue, alors on ne veut plus.

Celui qui ne veut plus, c'est ce "je" que je suis en vérité. Celui qui veut vivre, sa vie selon sa passion, son histoire d'amour, sa vie toute simple, chacun ses rêves.

Ce je se désinvestit, ne reste plus que l'instinct de survie, je reste encore dans ce corps, sur cette terre mais ne me demandez plus rien, je ne veux plus.

La personne ne sait pas tout ce qui se passe dans son corps épuisé, dans sa tête fatiguée, ne sait pas toutes ces tentatives de vivre, parfois depuis la petite enfance, contrariées qui l'amènent aujourd'hui à dire stop!

C'est cela qu'il faudra faire revenir.


Faire revenir énergie et volonté:


Faire revenir l'énergie, facile. On se repose, on dort, on mange mieux, on s'aère la tête, cela suffira. On peut se faire aider par les soins énergétiques.

Mais pour faire revenir la volonté, il faut trouver les causes de sa perte, revenir au désir non réalisé, savoir les blocages, comprendre les différentes tentatives vouées forcément à l'échec puisque faites avec le même état d'esprit.

Pour cela il faudra un travail sur soi, des prises de conscience.

Ce je déprimé, ce plexus qui ne brille pas du soleil de la vie, il faudra aller voir les blocages qui s'y sont formés comme une cuirasse, empêchant la force de circuler. Il faudra remonter aux interdits, aux frustrations accumulées pour se défaire de tout cela. Il faudra nommer la volonté de ne plus vivre parce que l'on refuse de souffrir encore, d'échouer encore. Rien plutôt que la même vie répétée inlassablement.

Mettre les mots, un à un, sur les causes profondes de cette dépression, c'est essentiel pour qu'elle ne soit qu'un passage de vie ayant livré son message.


En mettant les mots la personne se libère de sa mauvaise volonté, celle qui l'empêchait de vivre parce qu'elle en a trouvé les causes en elle. La force est ré-utilisée non selon l'autre mais selon soi, non dans la direction qu'elle prenait selon les automatismes inconscients, mais avec une conscience plus grande de soi : cela je voulais être, faire, penser en vérité.

La tête libre de nouveau, qui respire, le corps de nouveau plein d'énergie, tout ne pourra aller que mieux.

Alors déprimer un temps, oui mais pour s'exprimer de nouveau, plus grand et plus fort.


A noter qu'il y a même des bébés déprimés, des jeunes enfants aussi. Parce qu'ils portent un poids trop lourd pour eux, celui d'un père et/ou d'une mère déjà un pas dans la non vie, déjà un peu dans la mort psychique ou mentale et que sa petite force de volonté n'arrive pas à combattre.


Apport du soin énergétique


Bien sûr tout le corps est bloqué, le soin sera, comme toujours, le moyen de défaire les tensions, libérer l'énergie mais concentrée à ce niveau du plexus solaire.

Bien sûr, il y a des couches successives et l'on remonte peu à peu, au cours des séances tout ce qui voulait se cacher dans l'inconscient.

Les soins énergétiques permettront de détendre ce plexus, faire revenir les informations qui y sont restées bloquées de tant d'interdits et libérer l'énergie de vie pour que la personne exprime sa personnalité, son je avant d'être son Je (celui que l'on découvre quand on sait enfin pourquoi on est sur terre).

Pour les petits, bien sûr, c'est en soignant les parents qu'on les aide le mieux, parce que leur redonner l'énergie si rien ne change autour ne sert à rien.


Il est impressionnant de voir certaines personnes, depuis des années assommées de pilules, revenir à la vie par ces soins, en quelques séances, diminuant peu à peu leur traitement (parce qu'attention ne jamais l'arrêter brutalement).

Autre chose à faire. Il y a à vivre, à ex-primer !

Exprimer l'énergie qui revient, qui re-circule et a envie de se donner en gestes, en paroles.



La Treize, la "sans nom" du Tarot de Marseille n'est pas la mort mais l'image de la mort, comment l'homme la représente. Elle est en réalité mouvement de vie, passage d'un état à l'autre pour une évolution de conscience.

De même la dépression, apparente mort, peut être la vie qui demande de prendre ce temps de retour en soi, pour trouver les racines du mal et semer les germes de la nouvelle vie.

C'est l'arrêt du mouvement qui est la mort, et cela est l'énergie bloquée par une volonté que l'on ignore en soi.

A retrouver cette vie "perdue" pour être plus conscient de soi, pour évoluer, ce que nous sommes quand même venus faire sur terre.


114 vues

26b, Avenue du Maréchal Foch

34500 Béziers

A deux pas du centre ville

Martine Miquel

Thérapeute énergéticienne

N° SIRET 404 729 550 00081

Code APE 8690F

(activités de santé humaine non classées ailleurs)

07 81 60 48 59