• martine miquel

Les émotions : moyen de connaissance de soi


Emotion vient de "ex movere», c'est un « mouvement qui vient de l'extérieur ».

Ah, bon ? Pourtant je la sens en moi l'émotion, la peur qui me paralyse, la colère qui monte, le chagrin qui me noie.

Alors ?

Gérer les émotions, dégager les négatives, les maîtriser à quoi cela correspond-il en réalité ?


L'émotion définition


L'émotion est bien un mouvement de l'âme, en soi, plus ou moins lourde, plus ou moins remuée. Si le mouvement vient de l'extérieur c'est qu'il y a eu une stimulation, une action de l'extérieur qui entraîne une réaction de l'intérieur, une mise en mouvement. On n'est pas ému pour rien, comme cela, il y a toujours un « primum movens », une cause.

Dire que le mouvement vient de l'extérieur traduit donc le fait qu'un sens a été touché, mais ce sens peut-être plus « subtil » que matériel parfois, c'est bien la sensibilité qui est en jeu. La vue de quelque chose, une parole entendue, mais aussi une pensée peuvent nous émouvoir.

Chez les hindous il y a les cinq sens et le sixième est le mental, celui qui intervient donc dans cette sensibilité plus subtile.

Mouvement de l'âme sensuelle, celle proche du corps physique encore, elle est le moyen d'être informé que quelque chose m'a touché, m'a affecté.


Les émotions, caractéristiques


Par définition l'émotion est brève, elle peut même être très rapide, juste la traversée d'un frisson de peur, d'une étincelle de colère.

Elle peut être intense et puisque liée à la sensibilité, plus celle-ci est grande plus l'émotivité le sera.


Savez vous que six émotions se disent de manière universelle dans toute l'humanité ?

Contrairement à ce que l'on peut lire parfois ce ne sont donc pas les seules émotions, ce sont les émotions qui s'expriment par les mêmes mimiques dans tous les coins du globe et font donc un langage universel primaire -puisque seul le corps parle-.

Ce sont la peur, le dégoût, la colère, la tristesse, la joie et la surprise.


La peur, profonde fondamentale, elle dit un danger, mais parfois le danger n'est pas vu intellectuellement, pas conscient, il est ressenti par l'instinct. La peur est donc à conserver comme un signal de danger mais il ne s'agit pas de se laisser dominer par elle.

Le dégoût signale un rejet, voire un danger -un toxique-

La colère nous dit le feu de l'action en nous contrarié par un interdit, un blocage, il est le feu qui fait « bouillir l'eau de la marmite » qu'est notre âme sensuelle.

La tristesse classée en émotion est davantage un sentiment, faisant intervenir un niveau de conscience plus élevé et pouvant se prolonger.

La joie ne se commande pas, elle vient du plus profond de nous et fait bien sûr elle aussi toujours suite à une stimulation.

Enfin la surprise est quand l'âme reçoit une information qu'elle n'est plus habituée à recevoir, c'est une déstabilisation temporaire. Bonne ou mauvaise surprise, elle intervient donc chez la personne qui attend déjà quelque chose, de soi, de l'autre, du monde, dont la sensibilité profonde est informée d'une certaine manière et que celle-ci vient d'être contrariée. La surprise est comme un mouvement inverse de la vie par rapport au mouvement habituel que s'attend à vivre l'âme sensuelle.


De même que les sensations sont basées sur la dualité simple plaisir/douleur, les émotions le seront sur la dualité "émotions positives" / "émotions négatives".

Positives à garder en soi, qui s'amplifieront même, négatives à dégager, parce que perturbe le comportement, empêche d'être bien. Ceci va correspondre à purifier l'âme sensuelle, passer à un autre niveau de l'âme.



Les émotions moyen de connaissance


Les émotions sont le moyen de se connaître, dans ces mouvements de l'âme en soi, dans cette vie psychique profonde. Moyen de connaissance, encore faut-il d'abord reconnaître qu'elles sont en soi et donc s'accepter dans cette humanité perfectible mais non parfaite.

Ce sera un premier niveau de conscience à retrouver. Oui, je suis en colère, oui j'ai peur de cela.

C'est le regard tourné en dedans de soi qui permet de remettre en lumière ce qui aurait été refoulé, repoussé, rejeté dans les profondeurs de l'inconscient.

Reconnaître que l'on est en colère est donc bien connaître de nouveau cette colère, s'y reconnecter.

Connaissance donc de ce que l'on a oublié ou de ce que l'on ne veut pas voir en soi, l'émotion va permettre, parce qu'elle bouscule en dedans de soi, la remise en question.

Elle est encore le signal que nous ne connaissons pas encore l'état d'âme apaisé, vivant mais non pas bouillonnant et qu'il y a donc encore un travail sur soi.





Les émotions moyens d'évolution


Elles sont le moyen d'évoluer vers une vie psychique apaisée.

Évoluer c'est passer d'un niveau de conscience à un autre plus élevé. Cela se fait par la prise de conscience, la reconnaissance de l'émotion en soi puis par son origine première.

Pourquoi est-ce que je me mets en colère, que se passe-t-il en moi, par l'autre ? Quel obstacle est mis encore au feu de mon action extérieure ou intérieure -le désir- ?

Prendre conscience de soi par l'émotion, c'est entrer dans la connaissance de soi par cette sensibilité touchée, affectée.

C'est le rôle de l'âme de transmettre l'information, c'est ce qu'elle va permettre de faire ici.


Évoluer c'est encore changer d'état d'esprit, de volonté, de manière d'être. Cela se fait en comprenant l'état d'esprit à l'origine de l'émotion et en acceptant d'en mettre un autre à la place, en sachant passer d'un état d'âme à un autre, autrement dit grandir en soi.

La colère parce que je n'ai pas ce que je veux tout de suite est le signe d'un pouvoir absolu que je veux sur l'autre, sur la vie.

État d'esprit volontaire ne tenant pas compte de l'autre, des conditions, des moyens accessibles, il est celui d'un petit moi peut-être enfant tyran, d'un ego que l'on a laissé grandir.

En comprenant que l'autre ne peut pas, que l'on ne peut pas tout avoir tout de suite, qu'il faut du temps, on passe à un autre état d'esprit, plus tolérant, à un autre état d'âme plus sensible à l'autre qu'à soi, ce qui est à son propre plaisir personnel, la satisfaction de son désir.

Ainsi l'évolution se fera de la colère à la patience, le changement total d'une âme qui se part au quart de tour à une âme qui sait attendre, apaisée.


Moyen de connaissance et d'évolution pour une perfection possible (si, si) qui sera quand tout sera remis en ordre en soi, que les bons mouvements de l'âme auront repris ou pris leur place.

Elle ne se pourra que si on a mis les mots dessus, si on a compris leur origine réelle, profonde en soi. Elle ne se fera que si l'on s'y met, que si on a la volonté de changer, réellement.



Les émotions, moyen de changement, la perte des émotions


Le changement total d'état d'esprit fait qu'étant allé au bout de soi-même on peut réellement éliminer totalement et définitivement certaines émotions.

Le calme ou la patience remplace la colère, la confiance remplace la peur. Ceci n'est pas un travail mental d'auto-suggestion, c'est un réel changement profond.

Naturellement, cela ne me mets plus en colère et j'en suis même étonnée au départ. Mais parce qu'ayant réglé le problème de la sensibilité interne, j'ai réglé le problème il peut y en avoir des « allumeurs de mèches », cela ne me concerne plus. C'est la victoire sur soi-même, la vraie maîtrise de soi.

La même stimulation ne fait plus du tout le même effet. Ainsi on ne change pas l'autre mais soi et cela peut être définitif.


Mais la perte d'émotion peut être une protection. Dans le repli au plus profond de soi et ce sera l'infra-sensibilité, plus rien ne me touche, ne m'émeut. Dans la mise sur orbite et ce sera je suis au-dessus de cela, inatteignable.

Parce que sans mouvement de vie en soi le corps est comme mort, l'émotion est un signe de vitalité qu'il est parfois bon de retrouver après un temps de « vie apparente », mais de non vie en réalité.

Certaines fausses spiritualités sont à ce niveau de fuite du réel et donc de soi aussi mettant les émotions à distance, mais ne les changeant pas profondément.

Enfin les émotions peuvent être remplacées par ce que certains parlent encore de "motion" de l'âme, dont le seul mouvement est alors l'élévation, vers la lumière, vers l'Esprit, une merveille.

Sensation de légèreté, de vide intérieur qui fait comme respirer en dedans de soi, sensation d'élévation sublime, ce sont alors les mouvements de l'âme dégagée de toutes ces émotions primaires,

C'est l'âme spirituelle qui prend sa place, peu à peu, pas à pas.

son mouvement à elle est vers l'Esprit, la réalisation du Soi possible et qui se fait peu à peu.


Parce que cela est pour tous les hommes, êtres sensibles par définition, mais chacun à son niveau de sensibilité, le travail sur les émotions peut avoir cette perfection là.

60 vues

26b, Avenue du Maréchal Foch

34500 Béziers

A deux pas du centre ville

Martine Miquel

Thérapeute énergéticienne

N° SIRET 404 729 550 00081

Code APE 8690F

(activités de santé humaine non classées ailleurs)

07 81 60 48 59